Bourgeoisie

Bienvenue à Massongex

Horaire d'été de l'administration communale
Du lundi 3 juillet 2017 au vendredi 1er septembre 2017
ouverture uniquement le matin de 9h00 à 11h00

Possibilité de prendre rendez-vous en dehors de ces heures

La bourgeoisie de Massongex

A l’aube du troisième millénaire, après bientôt 7 siècles d’existence, il nous semble opportun de situer notre bourgeoisie comme garante de traditions ancestrales et propriétaire de biens immobiliers. C’est un témoignage de son importance présente comme gardienne de coutumes et d’acquis dans la durée.

Il est à nos yeux fondamental d’exprimer vis-à-vis d’une institution du 14e siècle, notre respect et notre fierté.

Respect vis-à-vis des anciens qui ont imaginé un système garantissant à chaque feu de sa collectivité un minimum de moyens de survie, indépendamment de la situation sociale des ayants droits. Ils ont étayé l’assise de notre société.

Fierté d’apporter notre pierre à l’édifice communautaire et de défendre les intérêts de ses membres. Par l’assemblée primaire bourgeoisiale, dans le cadre des lois et règlements, nous sommes les acteurs de notre destin, la commission et le conseil exécutif les serviteurs de notre volonté. Soyons à la hauteur de l’honneur d’être bourgeois en travaillant au maintien et à l’essor de notre collectivité

Lire la suite

Un peu d’histoire

Dans sa topographie, le chanoine  De Rivaz, recommande de distinguer, dans le passé, la Bourgeoisie et la Communauté, bien que cette dernière comptât peu de membres, confédérés ou étrangers, en dehors de la première. Parfois nous prenons l’une de ces institutions pour l’autre. Il faut cependant se garder de les confondre, puisqu’elles demeurèrent toujours séparées.

Primitivement, il n’existe qu’une bourgeoisie, comme d’ailleurs une seule communauté, dans la châtellenie de Saint-Maurice, la seigneurie abbatiale de Salvan-Finhaut exceptée. Un conseil de procureurs, choisis dans les agglomérations importantes administre cette bourgeoisie qui possède des biens sur tout le territoire de la généralité. Ces intendants représentent plus spécialement leur quartier, chargés des communaux situés dans le voisinage de leur domicile.

Peu à peu, les villages reçoivent la jouissance de pâturages, forêts et portions. Les gens, dans ces agglomérations se groupent autour de leur procureur. Ainsi se forment à Massongex, Evionnaz et Vérossaz des embryons de bourgeoisies qui se développent sans briser les attaches avec l’ensemble. Certains fonds restés indivis suffisent à maintenir le contact. De siècle en siècle, ces liens se distendent jusqu’à la séparation complète de 1809. A cette date, chaque bourgeoisie-fille reçoit sa part de capitaux, de portions, de communaux, d’alpages, le plus possible dans son voisinage.
De par leur nombre et leur aisance, les bourgeois dirigent les affaires de la généralité, à l’exclusion des simples habitants. Ils occupent, avec le procureur choisi dans leur village presque toutes les places administratives et judiciaires de la communauté et du dizain. Ainsi, communauté et bourgeoisie vivent côte à côte avec des avoirs séparés mais des membres communs.

Le régime politique issu de la constitution helvétique de 1798 apporte des changements profonds à ces institutions. Jusqu’alors les bourgeoisies gouvernent plus ou moins le pays. La constitution, adoptée par le Valais, proclame l’égalité des citoyens devant la loi et l’admission de tous aux charges publiques, auparavant l’apanage  pratiquement des seuls bourgeois.

Cette transformation s’opère graduellement parce les populations continuent à nommer comme par le passé un seul conseil. Les protocoles de Masssongex, signalent depuis 1860, à diverses reprises, l’existence de deux exécutifs distincts, municipal et bourgeoisial, reflétant des divergences d’intérêts  et l’humeur du moment.

Aujourd’hui, un seul corps administre la commune municipale et les avoirs de la bourgeoisie. Celle-ci est reconnue comme corporation de droit public, plus libre que la municipalité dans la façon de gérer ses biens. Elle est un corps intermédiaire capable de concilier les avantages de l’administration publique et de la gestion privée. Elle conserve et met en valeur un patrimoine voué au service de toute la population. Elle est à la fois notre mémoire historique et la garante d’un développement harmonieux dans un esprit de continuité.

Elle tire sa légitimité de la constitution cantonale, de la loi sur les bourgeoisies du 28.06 1989, de la loi sur les communes du 05.02.2004, de la loi sur les droits politiques au 13.05.2004, de la loi sur le droit de cité du 01.01.2008 et d’un règlement interne qui évolue régulièrement pour être en accord avec le droit supérieur et correspondre à l’évolution de la société.

Récapitulatif de l’assemblée générale 2016 des Bourgeoisies valaisannes.

En résumé

Quelques dates clés

Constitution 1330
Création du coutumier 1475
Obtention des franchises 1476
Confirmation des franchises 1548
Constitution du conseil 1798
Séparation des bourgeoisies de la châtellenie 1809
Création des armoiries 1919
Création de la bannière 1928
Usage officiel des armoiries 1934
Création de la bannière actuelle 2009

Bourgeois domiciliés au 31.12.2009

La communauté bourgeoisiale
190 (87 hommes et  103 femmes)

Votants au 31.12.2009
176

Conseil communal et bourgeoisial
7 membres élus au système proportionnel

Commission bourgeoisiale
5 membres choisis par l’assemblée bourgeoisiale

Patrimoine immobilier

  • Bâtiment commercial comprenant le café communal et 2 appartements
  • Bâtiments d’alpage des Djeux, de Valère d’en bas et d’en haut
  • Bâtiment de service et d’accueil de la châtaigneraie
  • Centre sportif aux Giettes, chemin du milieu, avec DDP pour l’ACSG
  • Stade St-Jean avec DDP pour le FC Massongex

Patrimoine foncier

Terrains agricoles
9945 m2, aux îles d’en bas

Alpages
41 ha, aux Pesaires, Djeux et Valère

Consortages d’alpages avec les sœurs
Salanfe et Susanfe, gérés par un conseil mixte Evionnaz, St-Maurice, Vérossaz

Châtaigneraie
En Verraires, 1,5 ha

Forêts
127 ha

Râpes
87 portions dont 84 exploitables

Régis Barman, municipal et président de la commission bourgeoisiale 2009-2012

Documentation et recherche
Essai sur l’évolution des communes bourgeoisiales valaisannes de Werner Kämpfen et Bernard de Torrenté / Communes bourgeoisiales valaisannes, étude de la Fédération des Bourgeoisies valaisannes / Essai d’histoire de Massongex, Abbé J.E Tamini